Un condo est un immeuble en copropriété. C’est surtout à Montréal, à Toronto et au Québec que le marché des condos fleurit. Depuis ces dernières années, on y est passé des condos résidentiels aux condos de luxe. Ce système présente des avantages pratiques et financiers qui séduisent de nombreux ménages. Pour bien appréhender les réalités du marché des condos à Paris, il est nécessaire de mettre au préalable l’accent sur le fonctionnement de ce système.

Une copropriété dite « divise »

condoL’idée est née de la réalité du marché de l’immobilier canadien. En particulier à Toronto, à Montréal et au Québec, il est difficile d’acheter un appartement. Ce qu’on peut y acheter, c’est soit une maison, soit un immeuble tout entier. Or, il va de soi qu’il n’y a pas grand monde qui puisse s’offrir un immeuble de plusieurs étages. D’un autre côté, il y a beaucoup de familles qui préfèrent l’appartement à la maison. C’est de là qu’est donc née l’idée de vivre en copropriété. Mais ce n’est pas n’importe quelle copropriété. Il y a ce qu’on appelle la copropriété indivise. Dans ce cas, tous les occupants d’un immeuble en sont copropriétaires. Ils sont mutuellement responsables de l’emprunt hypothécaire et des impôts fonciers. Aucun d’entre eux n’est propriétaire d’une partie ou d’une unité de l’immeuble. À l’opposé, le condo est une copropriété « divise », chaque propriétaire possède une unité de l’immeuble. Il contracte et rembourse l’emprunt hypothécaire de manière indépendante. Son droit de propriété s’étend à une fraction de parties communes de l’immeuble. En d’autres mots, dans un condo un propriétaire achète une partie d’un immeuble. Cette partie, il en sera l’unique propriétaire. Les parties communes sont généralement les couloirs, l’ascenseur, le parking…

Le marché parisien des condos et les avantages

Le marché des condos occupe une place assez importante dans le secteur de l’immobilier canadien. À Paris, de nombreuses familles vivent aussi dans des condos (compris dans le sens de la copropriété divise). La plupart des condos parisiens, notamment en banlieue, peuvent à la fois être achetés et loués. Le locataire d’un condo exerce un véritable droit de propriété. Seulement, à la différence du propriétaire, il n’a pas à effectuer les travaux de rénovation nécessaires. Ce n’est pas lui non plus qui paye les impôts fonciers. À Montréal, l’achat d’un condo est généralement une opération immobilière provisoire. Les jeunes professionnels sont les premiers clients des condos de cette région. Ce n’est pas coûteux et c’est facile à revendre quand ils décident de fonder une famille ou quand ils doivent s’installer ailleurs. Bon nombre d’entre eux d’ailleurs revendent leurs condos au bout de cinq ans. Sur le plan fiscal, ce serait plus avantageux que la location. Il est facile de trouver un condo neuf à Laurentides, avec l’expansion du marché propulsée par des investisseurs américains. Il est quand même à préciser que ces derniers misent beaucoup sur les condos de luxe. Un condo neuf à Saint-Sauveur, au Québec n’échappe pas à cette évolution de la réalité du marché.

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
Le marché des condos à Paris

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *